Fin du Festival Théâtre en Liberté

Fin du Festival Théâtre en Liberté

le 17/05/2017 à 20:03

Bonjour à tous,

Je commencerai en vous remerciant tous pour l'énergie que vous avez apportée au Festival Théâtre en Liberté. Vous le savez, c'est un peu mon bébé, mais c'est aussi un bébé collectif d'une certaine manière. J'ai trouvé que cette 6e édition était très réussie sur ce plan. Vous êtes une belle équipe. Nous avons été sérieux et professionnels, rien à dire de plus. Les spectacles étaient très bien, les spectateurs heureux et les partenaires...relativement absents. Ce n'est pas tout à fait vrai. Certains partenaires sont venus, mais bon... Pas vraiment de soutien du village (j'entends la municipalité). Nous avons aussi eu deux accidents, comme le mot l'indique ce sont des accidents, ça arrive. Ça coûte cher, mais tant que ça ne fait que coûter des sous ça va. Vous trouverez plus d'infos "officielles" sur le TEL #6 dans les docs joints (rapport d'activité et budget) que je vous invite à lire.

Après le festival et son euphorie j'ai pris le temps de débriefer pour y voir plus clair et comprendre où j'en étais de ce projet. Cela m'a pris beaucoup de temps, comme chaque année, et comme chaque année en septembre je dois refaire toutes les demandes de subventions alors que je suis en train de clôturer l'édition qui vient de se produire. Je ne dis pas ça pour me plaindre. Tout ça, je l'ai bien voulu. C'est moi qui ais démarré tout ça. Sauf que, nous attendions les sous de la CCI (mécénat) et aussi ceux de l'aide à la diffusion (Agglo/Métropole). J'attends encore aujourd'hui de recevoir l'argent, bien que tout soit confirmé. J'ai attendu très longtemps que l'administration française nous donne une réponse sur le mécénat : ils ont dit oui (c'était mi-novembre). 4000e devraient arriver, mais j'attends encore. Puis les 1200 euros de l'Agglo aussi, j'attends encore. Il ne reste que 650 euros sur le compte du TEL à l'heure actuelle, sachant que tous les mois je dépose 250 euros issus du travail que je fais avec mon atelier amateur à Montferrier. Les finances sont bonnes, mais nous attendons encore l'argent réel. Mais tout ça, ce n'est pas une histoire d'argent, non.

J'y ai longtemps cru. Je pensais que c'était le manque d'argent qui me disait que je devrais peut-être arrêter. Puis l'argent (sa promesse en tout cas) est arrivée, et pourtant. Je suis resté aussi triste et accablé qu'avant. Cela n'a pas changé mon point de vue. Pour vous parler franchement, je suis épuisé. Ce festival m'a tué, je me suis battu pendant tout ce temps pour une cause "noble" mais qui jamais ne me permettrait de vivre. J'ai 27 ans, mes parents me donnent des sous tous les mois pour que je vive, je suis un assisté, j'ai aussi le RSA, la CMU, etc. Je touche des cachets très rarement... Je n'en peux plus de tout ça. Ce n'est pas juste. Tout ce que je veux c'est vivre ma vie, être autonome et faire du théâtre. J'aimerais être directeur, mais je n'ai qu'une seule vie, et je ne veux pas la sacrifier pour un projet comme le TEL qui mettra encore de nombreuses années avant d'être PRO ! Je sais que des efforts ont été faits cette année vers la professionnalisation, mais ce n'est pas assez. Je connais le budget... Si on devait faire tout ça professionnellement alors le festival coûterait environ 100 000 euros, voire plus, beaucoup plus... Et oui les salaires ne se font pas en claquant des doigts.

Tout ça pour vous dire que ce n'est pas simple de vous écrire. J'ai pris le temps de mûrir ma réflexion, et comprendre mes erreurs et surtouts, surtout, d'envisager un autre avenir. Un avenir que j'ai envie de défendre, pour lequel je souhaite me battre à nouveau. J'ai compris que je ne pourrai pas tuer le directeur en moi, mais ce que je ne veux plus c'est qu'il prenne toute la place. J'ai l'impression de perdre mon côté créatif à force de m'être perdu dans tout ce merdier politique qu'est un festival. Un jour, un ami très cher m'a dit que l'on ne pouvait pas tout faire : jouer, mettre en scène, diriger, etc. Je ne sais pas s'il a raison, mais j'ai bien peur qu'il n'y ait pas tort non plus. Je me suis posé cette question encore et encore, je me la pose encore aujourd'hui. J'aimerai être directeur, mais je ne veux plus faire de politique, j'aimerai jouer, mais je suis en train de quitter Paris et je ne jouerai pas dans un spectacle que je n'aime pas (ni dans une pub, ou autre), mais ce que je préfère par-dessus tout c'est mettre en scène/diriger, je le fais quand j'anime des ateliers et je me sens bien, je suis payé pour ça. Je n'ai plus envie de travailler pour ne pas être payé. Un autre ami très cher m'a dit : tout travail mérite salaire. C'est vrai... Alors je devrais déjà être riche :)... lol.

Le festival c'est un an de travail pour 3 à 15 jours d'effervescence. Et même si cette année certains ont eu des cachets, ce n'est rien par rapport à tout le temps investi. Je ne peux plus m'investir dans un projet qui prend mon temps, mon argent et mon énergie pour 3 à 15 jours par an, pour une rémunération d'environ 110 euros au total. Je ne compte pas l'argent que j'avance ou que je donne. Cette situation est positive d'un côté: hé oui on commence à être payé. Mais c'est un piège. Je ne tomberai pas encore dedans. J'ai 27 ans et je flippe grave de me retrouver au même point dans 5 ans, de vivoter à peine et de tenir à bout de bras ce projet et d'autres. Non. Je vais commencer à être un peu égoïste pour faire mieux, faire bien, faire professionnel.

Voilà un peu pourquoi j'ai décidé de ne pas reconduire le TEL en 2017. Je ne sais pas quand sera le prochain, et s'il y en aura un. J'en suis désolé, mais comme je viens de vous l'expliquer tout ça touche à beaucoup de choses.

Je vous remercie tous,
Daniel Monino

 

Les dernières actualités du festival

Fin du Festival Théâtre en Liberté

le 17/05/2017 à 20:03 - Voir l'article complet

Bonjour à tous,

J-1 : aperçu exclusif des générales avant l’ouverture des portes

le 04/08/2016 à 13:25 - Voir l'article complet

Avant l’ouverture de demain, et depuis mardi soir, les générales de chacun des spectacles, petites formes et performances se sont succédé.

432Hz vibre sous les voûtes du Château

le 04/08/2016 à 1:15 - Voir l'article complet

Le spectacle de Marie-Sophie, c’est avant tout un théâtre du ressenti. Les textes et vidéos qui s’y succèdent prennent alors une autre dimension dans la fraîcheur intimiste de la cave en pierres du domaine.

TEL#6 passe sur les ondes, découvrez l’interview

le 04/08/2016 à 1:04 - Voir l'article complet

Une partie de l’équipe s’est rendue au studio de radio Aviva, pour une courte interview présentant le festival et l’esprit des spectacles.

Les partenaires du festival

Copyright et infos pratiques